Les degrés de surdité par le BIAP

Camille
Camille
14 avr. 2023

Comment sont fixés les degrés de surdité ? Qui a élaboré la classification des surdités ? Quels sont les différents stades de surdités et comment les reconnaît-on ? Aujourd’hui, Mon Centre Auditif vous présente la classification audiométrique des déficiences auditives élaborée par la BIAP, autrement dit le classement des différentes surdités sur lequel se base les médecins et ORL (oto-rino-laryngologiste) afin de nous soigner.

Qu’est-ce que la BIAP ?

La BIAP est le sigle pour Bureau International d’Audiophonologie1 . C’est un rassemblement scientifique de professionnels de nombreux pays autour de l’étude de l’audition au sens large, incluant les champs d’études de la phonation, de la parole ou encore du langage.

Les membres du BIAP ont pour objectif de faire avancer la recherche. Pour cela, ils se réunissent et communiquent sur diverses avancées scientifiques et médicales. Ils partagent aussi leurs observations et recommandations au monde médical. Le BIAP se retrouve une fois par an, lors du premier week-end de mai. Ce rendez-vous annuel permet d’échanger, mais aussi de se mettre d’accord sur différentes stratégies à mettre en place. Ce temps d’échange et de rencontre est très productif et important, car il permet aussi le croisement de professions et de spécialités : ORL rencontrent linguistes, audioprothésistes, orthophonistes ou encore éducateurs spécialisés.

La classification des surdités par la BIAP

Une des plus grandes contributions de la BIAP à l’audiophonologie est la mise en place d’un classement concret et clair des surdités. Cette classification permet aux médecins d’évaluer l’audition du patient de manière précise et d’établir des paliers.

D’après le site de la BIAP qui établit la classification audiométrique des déficiences auditives, les différents degrés ou paliers de surdité sont présentés ainsi 2 :
- audition normale,
- déficience légère,
- déficience moyenne,
- déficience sévère,
- déficience profonde,
- déficience totale.
La BIAP mesure la perte auditive en nombre de décibels (db).

L’audition normale

L’audition d’une personne est jugée normale lorsqu’une perte d’audition n’est concentrée qu’entre 0 et 20 décibels. La personne entend alors clairement tous les sons sans aucune incidence dans son quotidien ni ses échanges avec les autres.

Une surdité ou déficience auditive légère

On observe une surdité légère lorsque la personne affiche une perte comprise entre 20 et 40 décibels. Pour information, une conversation normale est à 40 décibels. La personne souffrant d’une surdité légère n’aura aucune difficulté à suivre un échange cependant elle aura plus de difficulté à entendre les chuchotements. Chez l’enfant, des difficultés d’articulation dans l’élocution sont déjà présentes à ce stade.

Une surdité ou déficience auditive moyenne

La déficience auditive est jugée moyenne quand elle est comprise entre 40 et 70 décibels. La BIAP divise cette catégorie en deux degrés de sévérité :

  • un premier degré compris entre 41 et 55 dB,
  • un deuxième degré compris entre 56 et 70 dB.

À ce stade, il est très difficile de suivre une conversation normale. Seules les paroles fortes, les sons assez hauts sont perçus. La compréhension se réalise alors en majorité en regardant les lèvres des interlocuteurs. Chez l’enfant, des troubles du langage prononcés sont observés. La compréhension est difficile. L’appareillage auditif est indispensable.

Une surdité ou déficience auditive sévère

La surdité sévère est comprise entre 70 et 90 dB avec deux sous degrés :

  • un premier degré entre 71 et 80 dB,
  • un deuxième degré entre 81 et 90 dB.

En cas de surdité sévère, la personne ne perçoit que les sons très forts réalisés près des oreilles. Les bruits forts sont perçus, mais les paroles restent floues. Les enfants malentendants sévères ne parviennent pas à former un langage intelligible.

Une surdité ou déficience auditive profonde

À ce stade, la perte auditive est comprise entre 90 et 120 dB. C’est une surdité que les experts qualifient de profonde, car aucune parole ne peut être comprise et entendue par le patient. Seuls les bruits très forts sont captés par l’oreille. Pour rappel, un marteau-piqueur produit 100 dB. Trois sous-degrés sont mesurés dans cette catégorie :

  • une surdité profonde de type I comprise entre 90 et 100 dB,
  • une surdité profonde de type II comprise entre 100 et 110 dB,
  • et enfin une surdité profonde de type III dépassant les 110 dB.

Une surdité ou déficience auditive totale

Au-delà de 120 dB, la perte est qualifiée de surdité totale. Aucun son n’est perçu. Le terme exact est cophose ou anacousie. La cophose peut être unie ou bilatérale.

Une surdité, des surdités

Bon à savoir. Si les experts ont classé la surdité par paliers, il existe des surdités différentes. Selon son origine, selon la partie de l’oreille touchée, la surdité sera de nature différente :

  • Une surdité de perception ou surdité neurosensorielle est due à une atteinte de l’oreille interne, de l’organe de Corti ou du nerf auditif. Les fréquences les plus aiguës sont les plus touchées. Ce type de surdité peut varier de la classe légère à la classe totale et reste plus rare chez l’enfant que la surdité de transmission.
  • une surdité de transmission provient d’un problème au niveau de l’oreille moyenne (otite aiguë, perforation du tympan, etc.) Au contraire de la surdité de perception, les fréquences basses ou graves sont plus atteintes.

Vous avez aimé cette article ?

Suivez-nous sur Facebook et Linkedin pour rester informé.

Articles récents

Thérapie génique : le futur des soins auditifs

Thérapie génique : le futur des soins auditifs

Soigner les enfants sourds grâce à la thérapie génique ou...

Sélection du mois

Essilor Luxottica : L'Arrivée Révolutionnaire dans le Secteur de l'Audition

Le secteur de l'audition est en plein essor, avec des innovations constantes visant à améliorer la qualité de vie des personnes malentendantes. Une des avancées...

Les jeux vidéo : un risque pour l'audition ?

Les jeux vidéo : un risque pour l'audition ?

Depuis leur émergence dans les années 1970, les jeux vidéo ont...