Tout savoir sur l'audiométrie tonale

Camille
Camille
9 déc. 2022

Lors d’un bilan auditif complet mené par un spécialiste de santé (l’ORL), l’audition est évaluée précisément afin de diagnostiquer d’éventuels troubles et de constater d’éventuelles baisses. Pour cela, l’oto-rhino-laryngologiste mène une audiométrie complète, à la fois tonale et vocale.

Nous aborderons ici plus précisément l’audiométrie tonale. À quoi sert-elle ? En quoi consiste-t-elle ? Que signifie conduction aérienne et conduction osseuse ? À quoi peut servir un audiogramme tonal ? Mon Centre Auditif vous aide toujours à comprendre et à préparer au mieux le bilan auditif, cet examen médical fondamental pour la santé de vos oreilles.

L’audiométrie

Le bilan auditif est un test qui dure 45 minutes. Il comprend plusieurs étapes dont un entretien, un examen physique de l’oreille (otoscopie) ainsi qu’une audiométrie complète. L’audiométrie est donc une composante du bilan auditif parmi d’autres tests et étapes. Le test audiométrique se divise en deux parties distinctes et complémentaires :

  • l’audiométrie tonale,
  • et l’audiométrie vocale.

Tandis que l’audiométrie vocale met en évidence les difficultés du patient à comprendre et à répéter des mots ainsi qu’une potentielle surdité cachée, l’audiométrie tonale permet de mettre en lumière la plus ou moins bonne perception des sons.

Suite à ces deux tests audiométriques, l’ORL peut dégager des audiogrammes complets :

  • un audiogramme tonal,
  • et un audiogramme vocal.

Grâce à ces audiogrammes, le médecin peut mener à bien un diagnostic. C’est grâce à l’audiométrie que l’ORL peut comprendre le niveau de surdité du patient et ainsi lui proposer le traitement le plus adapté. C’est aussi suite à une audiométrie que l’on peut prescrire des aides auditives ou audioprothèses. Celles-ci pourront compenser la perte d’audition du patient. Il pourra ainsi mener sa vie habituelle sans être limité par sa perte auditive.

À quoi sert l’audiométrie tonale ?

Comme nous l’avons avancé, l’audiométrie tonale permet d’évaluer l’audition du patient de manière précise, d’établir les seuils ou les limites de son acuité auditive. Cet examen audiométrique précis permet de mettre en évidence et de dépister une perte auditive plus ou moins grave. Enfin, l’audiométrie permet de savoir quelle est la nature de la surdité : surdité de transmission, surdité de perception ou surdité mixte.

Pour cela, différents sons sont présentés aux oreilles du patient à des fréquences (mesurées en Hertz) et à des intensités (mesurée en décibel) différentes.

En quoi consiste l’audiométrie tonale ?

Comment se déroule cet examen ? Le patient est placé généralement dans une cabine insonorisée pour être totalement au calme. Il peut ainsi se concentrer sur les sons et sur l’examen sans distraction. Le patient peut aussi se voir confier un casque. Il est coupé de tous sons périphériques pour que l’examen soit le plus net et précis possible.

Lorsque le patient entend les divers sons qui lui sont présentés, il doit lever la main ou appuyer sur un bouton s’il se trouve dans une cabine insonorisée.

Conduction aérienne et conduction osseuse, quelles différences ?

Lors de l’audiométrie tonale, sont examinés tour à tour la conduction aérienne et la conduction osseuse1.

La conduction aérienne renvoie aux sons qui circulent dans l’air, dans le conduit auditif puis dans le tympan. Des sons de différentes fréquences, plus ou moins graves (de 125 Hz à 8000 Hz) sont envoyés dans les oreilles du patient. Plusieurs fréquences sont testées afin de vérifier le seuil d’audition du patient.

La conduction osseuse s’adresse directement à l’oreille interne en évitant le tympan et les osselets. Comment ? Grâce à un vibrateur qui est placé sur l’os derrière l’oreille, le mastoïde. Tout comme pour la conduction aérienne, le patient se manifeste quand il perçoit les sons.

Les résultats de l’audiométrie tonale

Au terme de l’audiométrie tonale et en analysant les conductions, on peut établir l’origine des troubles auditifs de manière plus précise :

  • Si la conduction aérienne est mauvaise ou altérée et la conduction osseuse est bonne ou normale, alors les troubles auditifs se situent au niveau de l’oreille moyenne. Il s’agit alors d’une surdité de transmission. Les raisons peuvent être très diverses comme la perforation du tympan, des lésions du tympan, des complications dues à une otite mal soignée, etc. Une intervention chirurgicale ou un traitement sont souvent la solution pour gommer la gêne et retrouver une bonne audition.
  • Si les deux conductions sont mauvaises ou altérées, alors les troubles proviennent de l’oreille interne. C’est plus profond que dans le premier cas. Il s’agit alors d’une surdité de perception. L’organe de Corti, constituant l’oreille interne est certainement touché. Un appareillage auditif est très souvent une solution pour pallier le déficit.
  • Enfin, dernier cas de figure, la courbe de la conduction osseuse est mauvaise et la courbe de la conduction aérienne est encore plus mauvaise. Dans cette situation, il s’agit d’une surdité dite mixte. L’épreuve de Rinné est souvent nécessaire pour approfondir le diagnostic.

Vous avez aimé cette article ?

Suivez-nous sur Facebook et Linkedin pour rester informé.

Articles récents

Thérapie génique : le futur des soins auditifs

Thérapie génique : le futur des soins auditifs

Soigner les enfants sourds grâce à la thérapie génique ou...

Sélection du mois

Essilor Luxottica : L'Arrivée Révolutionnaire dans le Secteur de l'Audition

Le secteur de l'audition est en plein essor, avec des innovations constantes visant à améliorer la qualité de vie des personnes malentendantes. Une des avancées...

Les jeux vidéo : un risque pour l'audition ?

Les jeux vidéo : un risque pour l'audition ?

Depuis leur émergence dans les années 1970, les jeux vidéo ont...